PHILOSOPHIE

Le Chronographe se définit comme un interprète du patrimoine. Il cherche à le traduire de la manière la plus fidèle et respectueuse possible. Il s’attache à trouver les moyens et les outils pour le restituer avec finesse.


Il conçoit son action comme relevant de l’éducation populaire. Il a donc conscience qu’il a une responsabilité particulière auprès des publics de ses projets. Cette conscience aigüe de ce travail l’engage à produire des outils et des contenus en respect de ces publics. Nous cherchons à ce que nos réalisations puissent être des outils d’émancipation intellectuelle et de développement de l’imaginaire.


Sa philosophie l’amène à considérer chaque patrimoine dans son unicité et à concevoir des scénarios et des outils de la même façon. Son approche ne se départit jamais de la volonté d’appréhender le plus justement les sites et leur histoire. C’est ainsi qu’il peut parvenir, en respect à la fois de l’environnement et de l’histoire, à restituer une interprétation singulière.


Une quête de la cohérence. Une cohérence de la forme, du matériau, du contenu, de la pensée. Du support, de sa couleur, de sa taille, de son intégration dans le site, sans parler de ses caractéristiques physiques; et du contenu, bien entendu.


L’établissement d’une relation entre public et objet. Faciliter son expérience sensible et partager une émotion. Comment s’articule la relation entre l’objet et le public ? Et, au coeur de cette relation, sous quels aspects construisons-nous une expérience du regard?


Le recours à l’imaginaire. Comme une porte d’entrée dans le sujet, comme une interpellation du public. Susciter la curiosité, provoquer la surprise, l’envie d’approfondir son intérêt.